Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Posted on January 7 2014

Enpratique, il croit que l'obstacle à la réalisation de cet idéal est,non point dans la nature humaine elle-même, partout mauvaise ou fortmêlée, mais dans l'égoïsme, la dureté, la cupidité, les vices, lescrimes volontaires et prémédités d'une seule classe sociale.--Commeles héros des chansons de gestes voyaient le monde divisé en deuxcamps: les chrétiens, qui sont les bons, et les païens, qui sont lesméchants; ou comme saint Ignace, dans un de ses «exercices», partagel'humanité en deux armées: celle du bien et celle du mal, ou celle desamis des Jésuites et celle de leurs ennemis, ainsi pour l'espritrévolutionnaire la nation se divise exactement en prolétaires et enbourgeois. Et dès lors, il est bien à l'aise; il sait pour qui il doitêtre, et contre qui, toujours et quoi qu'il arrive. Oh! oui, cela estsimple.Par suite, l'esprit révolutionnaire délivre aussi de tout scrupulequant aux actes. Pour lui, très réellement la fin justifie etsanctifie les moyens. Que son idéal social, prêché d'une certainefaçon aux intéressés, ne caresse en réalité que leurs instincts etleurs appétits et les pousse à des révoltes qui, même justes àl'origine, se corrompent chemin faisant, leur deviennent rapidementdésastreuses et les laissent à la fois moins bons et plus misérables,l'esprit révolutionnaire n'en a point souci. sac vanessa bruno gris soldes
Il admet, par définition,la légitimité de la violence et de ces aveugles mouvements populairesqui font toujours, nécessairement, des victimes innocentes. N'est-ilpas d'avance absous de toutes les conséquences de ses actes par labeauté de son rêve? Et les oppresseurs ne sont-ils pas toujours, etdans tous les cas, seuls responsables de toutes les souffrances desopprimés et, au besoin, de leurs crimes mêmes? Et voici la merveille: en retour de ces avantages, l'esprit dont jeparle n'impose à ceux qui en sont animés aucune vertu ni aucunsacrifice particulièrement difficile. Je sais que de bons nigauds debourgeois les ont quelquefois comparés aux disciples de Jésus et auxdoux Ébionites. La méprise est forte, ou la générosité étrange. Lesdisciples de Jésus étaient sobres et chastes. Ce qu'ils s'assuraientles uns aux autres par la mise en commun de leur pauvreté, ce n'étaitpoint leur part intégrale des jouissances terrestres, telle que lapeut concevoir un ouvrier, et qui comporte, très naturellement, unenourriture copieuse et les plaisirs qu'on trouve chez le marchand devin et ailleurs: ce n'était que quelques figues sèches et la douceurd'attendre ensemble le royaume de Dieu. Mais, chose remarquable, lesrévolutionnaires modernes, qui sont, en philosophie sociale, desrêveurs intrépides, sont pourtant aussi, presque tous, desmatérialistes décidés. sac vanessa bruno cuir noir pas cher Ils ont la bonne foi de reconnaître lalégitimité des appétits qu'ils flattent ou déchaînent. Tout enprésentant au prolétariat un idéal qui ne saurait être atteint que parle sacrifice volontaire et le progrès moral de chacun et de tous, ilsn'exigent point de leurs clients ce perfectionnement intérieur et,bien entendu, ne s'y obligent point eux-mêmes. Et, avec une bonne foipareille, leurs clients ne leur demandent pas non plus d'êtrevertueux, ni austères, ni exceptionnellement charitables. Quand vouspourriez démontrer au parti que tous ses chefs vivent comme desbourgeois luxurieux, il ne s'en scandaliserait point. Car tout cequ'il veut, c'est entendre d'eux certaines paroles. Aucun ouvrier n'ena jamais voulu à tel écrivain démagogue d'être riche, de mener unevie élégante et de mépriser au fond le peuple, tout en l'aimantpeut-être comme on aime l'instrument de sa réputation et de safortune. Et cette tolérance est charmante et fort habile. doudoune moncler noir
(À la vérité, ce n'est point par une nécessaire liaison d'idées, maispar une rencontre accidentelle, que nous voyons les doctrinesrévolutionnaires associées chez nous au matérialisme le plus franc etle plus cru: car celui-ci pourrait aussi bien, et même mieux, avoirpour conclusion, en politique, la monarchie absolue; et c'était,notamment, l'avis de l'Anglais Hobbes. Non, il n'y a aucune raison, enbonne logique, pour que l'État socialiste ou collectiviste sorte de laconception matérialiste du monde: il n'en peut être déduit que parl'optimisme le plus naïf--ou le plus avisé. Si, partis de principes«philosophiques» sensiblement analogues, la Grande Catherine ouFrédéric II conclut à la monarchie absolue, et nos collectivistes à lanécessité d'un «chambardement général», c'est peut-être que ladifférence des conditions sociales et des intérêts entraîne ici ladifférence des applications.) Quoi qu'il en soit, meneurs et menés se passent, provisoirement,presque tout. Et voici un quatrième ou cinquième avantage de laprofession de chef révolutionnaire. Le parti n'étant encore qu'uneminorité imposante, la discipline ne laisse pas d'y être assez forte.Je crois que les bourgeois s'exagèrent beaucoup les dissensions deleurs ennemis.

Comment on this post